• thumbnail
    Story 53: 1995

    La course de relais avec obstacles des caristes

    2 Minutes | 4948

La course de relais avec obstacles des caristes

Comment, grâce à l'engagement de ses employés, Rauch put poursuivre sa production en même temps que les travaux de construction.

Tirer le meilleur parti possible de toutes les lignes de production, Rauch y porte une attention particulière depuis le début des années 1960. Cela fonctionne bien d'ailleurs, grâce aux équipes fortement engagées des usines, lorsque Rauch agrandit ou transforme un site. C'est le cas, par exemple, de la nouvelle usine de Nüziders.

Dans le hall de production, dans l'entrepôt annexe et sur l'ensemble du site, les travaux de construction étaient encore en cours à l'été 1995, sous la direction du Dr Roland Concin. Les espaces étaient tout de même séparés par un immense rideau de protection contre la poussière. Sur deux lignes de la chaîne de production située dans le tiers avant du hall, 120 000 canettes remplies sortaient déjà heure après heure. C'est avant tout grâce à la compétence et l'endurance des caristes que cela fut possible. Entre l'atelier et l'entrepôt, ils réalisèrent une course de relais avec obstacles pendant plusieurs mois :

Le cariste n° 1 amenait la palette avec les canettes remplies jusqu'à la rampe du hall de production. Là, sur le chemin de gravier de 40 cm de profondeur reliant les bâtiments, le cariste n° 2 prenait le relais, allait quelques mètres plus loin et déposait la palette au bord d'un bac en béton de 2 mètres de profondeur et presque 3 mètres de largeur. En bas dans cette fosse, fourche sortie, le cariste n° 3 prenait la palette, tournait à 180 degrés dans cet espace exigu et déposait les marchandises sur le bord de l'entrepôt. De là, le cariste n° 4 l'amenait au bon endroit. C'était une vraie prouesse ! Et comme le quai de chargement des camions se trouvait dans le hall de production, cette même course de relais se faisait de la même manière en sens inverse.

 

 

Dès l'été 1995, quelques mois seulement après la reprise, Rauch remplissait des canettes dans la nouvelle usine de Nüziders. Cela n'aurait pas été possible sans les efforts inlassables des caristes.