• thumbnail
    Story 11: 1949

    Un impératif : avoir des mains agiles et habiles

    1 Minutes | 6401

Un impératif : avoir des mains agiles et habiles

Remplissage avec l'aide du voisinage.

Les Rauch procédaient à l'embouteillage deux fois par semaine, soit environ 10 000 litres à chaque fois. La veille, Erich Rauch, âgé de 14 ans, enfourchait son vélo pour filer dans le bas du village de Rankweiler dans le but de former une équipe pour le lendemain... ou plus exactement : une « équipe féminine », car ce travail, permettait à certaines femmes au foyer de gagner un supplément de revenu.

Tout commençait à 7 heures du matin : les 6 ou 7 femmes se répartissaient entre les stations de la petite salle d'embouteillage. Vérifier les bouteilles vides, sentir brièvement s'il n'y avait pas eu d'essence ou d'acide dedans auparavant. Les plonger dans le bain alcalin. Les mettre ensuite à la main dans la brosseuse. C'était un travail délicat car la machine tournait très vite. Laver au jet. Vérifier les bouteilles à contre-jour pour voir s'il n'y a pas de fissure. Les placer ensuite dans la remplisseuse haute de 2,5 m. Poser les bouteilles remplies sur une table. Rabattre les cintres de fermeture et disposer les bouteilles sur un chariot. Les introduire dans la machine de pasteurisation pendant environ une heure. Coller les étiquettes. Les ranger dans des caisses en bois. Elles reproduisaient chaque mouvement des milliers de fois par jour et le soir, plus de 800 caisses se retrouvaient sur l'aire de départ, prêtes à être expédiées vers les tavernes et chez les commerçants du Vorarlberg et du Tyrol.

En 1954, les vergers de Rankweil s'étendent à perte de vue.