• thumbnail
    Story 61: 2001

    Verre brisé apporte félicité

    2 Minutes | 4442

Verre brisé apporte félicité

Rauch reconquiert le secteur de la Restauration

Au début, les aubergistes du Vorarlberg et du Tyrol comptaient parmi les clients les plus importants de la cidrerie Rauch, même pour son schnaps et son moût. Dans les années 70, l'entreprise était encore en compétition pour occuper la plus forte position dans le secteur de la restauration, se souvient Franz Rauch. Mais du fait de ses énormes succès mondiaux dans le commerce alimentaire et du commerce des concentrés de jus de fruits, tout cela passa à l'arrière-plan.

Bien entendu, Rauch continua de proposer de nombreux produits dans des récipients spéciaux pour la restauration, et depuis 1991 également dans des récipients pour fontaines à jus de fruits ou plus tard en « Bag-in-Box ». Et certains pays ont célébré leurs succès : l'équipe de Rauch Italie, par exemple, avait ravi les aubergistes et les clients en leur proposant des jus de fruits dans une petite bouteille de 0,2 litre. Mais dans l'ensemble, Rauch avait quelque peu négligé cet important marché. Les concurrents ont donc occupé la scène dans les restaurants. Jusqu'en 2001.

C'est à cette époque qu'il fut décidé de reconquérir le secteur de la restauration. Pour ce faire, ils mirent en place leurs propres équipes commerciales et améliorèrent la marque. L'élément central : une bouteille qui donne envie de fruit. Rauch invita des agences renommées à s'atteler à cette importante tâche de design. Mais c'est l'idée d'un jeune étudiant en design du Vorarlberg qui s'imposa : une petite étiquette sur la partie inférieure de la bouteille, de sorte que la couleur naturelle du jus de fruit joue le rôle principal. Ainsi qu'une forme moderne et cintrée qui suit élégamment l'ellipse du logo Rauch embossé dans le verre. Techniquement très sophistiqué...

L'idée plut beaucoup à tout le monde et la décision fut prise rapidement. Cependant, la bonne humeur retomba lorsque la première série de tests sortit de la station de lavage : 90 bouteilles sur 100 s’étaient cassées. Fallait-il abandonner ? Certainement pas ! Après un an de travail acharné et avec le savoir-faire d'experts en matériaux de l'Université technique de Vienne, le partenaire de fabrication réussit finalement à stabiliser la nouvelle bouteille de Rauch.

 

"Il ne faut jamais sous-estimer l'industrie de l'accueil. Les consommateurs découvrent de nouveaux produits dans les restaurants. Et s'ils les aiment, ils les achèteront plus tard au supermarché.